LE NOUVEAU COLUMBARIUM

 

Les rites funéraires ont beaucoup évolué ces dernières années et la crémation prend une importance grandissante dans les pratiques des familles. Marginale en 1980, où elle concernait moins d'1 % de la population, elle concerne plus de 30 % des obsèques depuis 2010 et près de 50 % dans beaucoup de grandes villes.

 

Règlement intérieur du columbarium et du jardin du souvenir
Règlement intérieur columbarium.pdf
Document Adobe Acrobat [1.0 MB]

 

 

Comme ailleurs, la commune de Saint-Romain-la-Motte enregistre de plus en plus de demandes de dépôts d'urnes. Bien que non obligatoire pour une commune de moins de 2000 habitants, la réalisation d'un columbarium et d'un jardin du souvenir s'est révélée indispensable pour répondre aux attentes des administrés.

Les travaux d'aménagement ont été réalisés à l'automne 2016 par l'entreprise Goutaudier de Renaison.

Le columbarium, installé au Sud-Ouest du nouveau cimetière, constitue actuellement un espace de 6 cases et 3 caves urnes, avec possibilité d'évolution, chacune pouvant recevoir 1 à 4 urnes.

Le jardin du souvenir, dans lequel sont dispersées les cendres, est doté d'une stèle où sont apposées des plaques mentionnant l'identité des défunts.

EGLISE  -  TRAVAUX DE MISE EN SECURITE SUR LES CORNICHES ET LES VITRAUX

 

Après les travaux extérieurs de l'église, une nouvelle phase concernant l'extérieur du bâtiment portant sur la restauration des corniches et la protection des vitraux a été inscrite au budget communal 2014.

Pour cette opération, un marché public a été lancé sous la conduite du Maître d'Oeuvre le Cabinet Vincent Bucher. Au vu du bilan des offres, les marchés ont été attribués pour le Gros-Oeuvre à la SAS Demars à Marcilly-le-Châtel et pour la serrurerie à la SARL M2B de Roanne.

 

La rampe en cours de construction

Accessibilité de l'église : une rampe est en cours d'installation

 

Les travaux pour l’accès à l’église aux personnes à mobilité réduite ont débuté cette semaine.

Réalisée en grande partie par Nicolas Mouton agent technique municipal, et sous les conseils de Jean-louis Ney expert en maçonnerie, membre de la commission bâtiment, cette rampe d’une longueur de 12,50 mètres, large de 1,60 mètres, avec un retour de 6 mètres est la première partie des ouvrages à réaliser sur la commune pour la mise en accessibilité des bâtiments publics. Prochaine étape, la salle municipale.

L'ordre de service a été donné aux entreprises vendredi 31 octobre pour le lancement du chantier autour du 15 novembre. Si la municipalité peut compter sur une subvention départementale au titre du Contrat Communal d'Aménagement, il n'en demeure pas mois que la dépense est importante suite au choix de retenir la totalité des options pour la protction des vitraux en vue de préserver au mieux ce beau patrimoine.

Aussi, décision a été prise lors du Conseil municipal de faire appel au Mécénat populaire et d'établir le dossier auprès de la Fondation du Patrimoine, ce soutien financier ouvrant aux généreux donateurs des déductions fiscales.

TRAVAUX DE RESTAURATION A L'EGLISE

 

Samedi 12 octobre, dès 8 h 00, plusieurs membres de l'association paroissiale, partie prenante dans les travaux de restauration de l'église, s'étaient donné rendez-vous dans le lieu cultuel pour une activité peu coutumière, celle de déménageurs. Le maire, André Danière et Gérard Dubessy, premier adjoint, sont venus prêter main forte au transfert du mobilier entreposé -chaises, autels, bancs, tables, tabourets, pupitre- puisque les travaux de restauration de l'église approchent. En effet, suite à l'appel d'offres, les travaux de peintures intérieures confiés à la société Aubonnet pour un montant de 43 592,45 € H.T. doivent débuter dans un court délai tout comme ceux d'électricité attribués à l'entreprise Moulin pour un montant de 23 125,00 € H.T. L'entreprise chargée de la sonorisation sera connue en début de semaine prochaine. Les missions de contrôle technique, sécurité et protection de chantier seront assurées par le cabinet Qualiconsult. Un huissier sera mandaté pour réaliser un état des lieux précis afin de lever toute ambiguïté en cas de détérioration en relation avec les travaux de restauration.